Médias et documentation

Vidéos

Prix employeur visionnaire 2011 - Entreprise privée

La vidéo est en pause.

Afficher/Cacher la transcription textuelle (ci-dessous)

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo alors que le reste du texte correspond au dialogue.

[ Le logo de l’INLB et le titre Prix employeur visionnaire 2011 apparaissent depuis un fond d’écran noir. Une musique accompagne les deux images. Ces images s’effacent pour laisser la place à deux titres qui apparaissent en balayage de la gauche vers la droite: Entreprise privée, Centre de service aux clients Les rôtisseries St-Hubert.]

[ On voit une femme qui bouge lentement.]

Ma situation c’est que je suis complètement non-voyante depuis l’âge de 24 ans.

[On revoit la même femme assise nous parler. Au bas de l’écran apparaît le logo des Rôtisseries St-Hubert, le nom et le titre de la femme qui parle : Linda Flecher, agente service à la clientèle]

Mme Flecher : Moi, j’ai proposé la candidature de St-Hubert par ce que c’est une entreprise qui a fait beaucoup pour les personnes handicapées visuelles.

[On voit Mme Flecher marcher avec sa canne blanche accompagnée d’une autre femme près de bureaux à aires ouvertes.]

J’ai engagé Linda parce qu’elle avait toutes les compétences.

[On voit une femme nous parler. Au bas de l’écran apparaît le logo des Rôtisseries St-Hubert, le nom et le titre de la femme qui parle : Hélène Bergeron, directeure générale.]

Mme Bergeron : J’étais consciente qu’il y avait du défi face à son handicap, par contre, on était prêt à le relever et elle nous a vraiment bien accompagnés là-dedans.

[On voit Mme Flecher nous parler.]

Mme Flecher : J’ai même à un moment donné fait de la sensibilisation avec du bandeau, de la canne blanche et un chien guide.

[On voit mme Flecher assise à son poste de travail, devant son ordinateur. Elle utilise le clavier régulier de même que sa plage tactile en braille. Elle parle avec un casque téléphonique.]

Mme Flecher : Rôtisseries St-Hubert, bonjour ! Puis-je vous aider ?

[On voit Mme Flecher installer son poste de travail. Elle prend sa plage tactile de son sac à dos et l’installer devant son clavier régulier. Elle prend par la suite des documents de son sac et un enregistreur et les dépose sur son bureau. Elle installe son casque téléphonique.]

Mme Flecher : Mon intégration au travail s’est fait en trois temps. En premier temps quand je suis entrée en ‘98 pour implanter les logiciels dans le PC. En deuxième temps en 2002 pour que je puisse aller travailler à la maison et en troisième temps en 2008 pour le nouveau système informatique. L’Institut Nazareth et Louis-Braille travaille toujours de concert avec les techniciens de St-Hubert pour pouvoir toujours améliorer et rendre les choses plus faciles pour moi.

[On voit mme Flecher travailler devant son écran d’ordinateur, toucher sa plage tactile et parler au téléphone. En gros plan, on voit ses mains sur le clavier et la plage tactile puis on la voit parler au téléphone. On la voit par la suite appuyer sur des touches de son téléphone.]

Mme Bergeron : Si j’avais à convaincre quelqu’un, moi je dirais que c’est pour l’engagement envers l’employeur. Ce sont des gens qui veulent travailler, qui sont fiables. Oui, on a un investissement à faire en formation. On a à repenser, à refaire nos choses, mais mon dieu que c’est une belle contribution.

[On voit Mme Flecher nous parler]

Mme Flecher : Cela m’apporte beaucoup, beaucoup d’estime de moi. Je participe à la société, je suis comme tout le monde, je travaille, donc c’est très, très important pour moi.

[On voit mme Bergeron nous parler]

Mme Bergeron : J’aurais été peiné de ne pas avoir participé à ça parce qu’elle nous a apporté beaucoup

[Un zoom est fait sur une image figée de Mmes Bergeron et Flecher côte à côte et souriantes].

[Sur un fond de musique, un écran noir apparaît avec la mention Une main-d'œuvre compétente à découvrir. Cette image est suivie de l’inscription INLB 2011 et de Musique : Kevin McLeod.]


Prix employeur visionnaire 2011 - Organisme public

La vidéo est en pause.

Afficher/Cacher la transcription textuelle (ci-dessous)

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo alors que le reste du texte correspond au dialogue.

[ Le logo de l’INLB et le titre Prix employeur visionnaire 2011 apparaissent depuis un fond d’écran noir. Une musique accompagne les deux images. Ces images s’effacent pour laisser la place à deux titres qui apparaissent en balayage de la gauche vers la droite: Organisme public, Régie du logement.]

[ On voit une femme qui nous parle. Au bas de l’écran apparaît le logo de la Régie du logement avec l’inscription Nathelie Fex, préposée aux renseignements]

Mme Fex : Je suis non-voyante de naissance, légalement aveugle, je peux lire encore un peu.

[On voit un homme assis nous parler. Au bas de l’écran apparaît le logo de la Régie du logement avec l’inscription Michel Bernard, directeur territoire de Montréal.]

M. Bernard : À l’arrivée de Nathalie, évidemment on a eu besoin de s’allier à des experts qui pouvaient nous aider dans toutes les technologies.

[On voit Mme Fex lire un texte à la télévisionneuse. L’écriture est blanche sur un fond noir.Un balayage est fait à l’écran pour voir la feuille que lit Mme Fex. On voit Mme Fex travailler à l’ordinateur, utiliser le clavier régulier et sa plage tactile.]

Mme Fex : Ici, j’ai la télévisionneuse, j’ai aussi l’ordinateur avec plage tactile et la synthèse vocale.

[Un gros plan est fait sur ses mains alors qu’elle lit un texte puis sur l’écran d’ordinateur. On y voit le bureau de Windows avec le logo de la Régie du logement et l’icône représentant le logiciel Jaws. Une fenêtre sur l’intranet de la Régie du logement est ouverte à son écran. Une deuxième fenêtre ouvre afin qu’elle navigue dans un logiciel.]

M. Bernard : Nos techniciens se sont alliés avec l’Institut de façon à développer des outils. C’est de là qu’on a découvert le logiciel Jaws qui permettait à Nathalie de ne pas visualiser, mais d’écouter ce que l’écran nous donnait.

[On voit Mme Fex ranger sa plage tactile dans un boîtier.]

Mme Fex : L’Institut est venu ici pour tout tester et la Régie depuis ce temps-là va faire les choses en compagnie de l’Institut pour améliorer les services que j’ai.

[On voit Mme Fex prendre sa canne blanche sur un support à manteau de même que son sac posé sur la table. Elle marche près de bureaux à aires ouvertes en balayant le plancher de sa canne. M. Bernard vient à sa rencontre et prend son sac pour le déposer sur un bureau. Ils s’assoient face à face à une table de travail. M. Barnard feuillette des documents alors que Mme Fex ouvre un ordinateur portable.]

M. Bernard : Les difficultés viennent des gens qui nous entourent un peu parce que cela surprend toujours un peu quand on leur dit qu’à la prochaine formation il va y avoir une personne avec une déficience visuelle. Quand on parle d’égal à égal avec quelqu’un,  on arrive immédiatement à oublier les différences que nous-mêmes on porte. C’est de donner la chance à quelqu’un d’exprimer son talent, de rencontrer cette personne-là au même titre que les autres et de l’évaluer en fonction des habiletés et des compétences de cette personne-là.

[On voit M. Bernard accompagner Mme Fex en marchant dans un corridor. ]

M. Bernard : Elle nous a enseigné un art de communiquer.

[M. Bernard parle.]

M. Bernard : Je pense qu’il faut cesser de voir les gens avec des handicaps, comme je le disais tantôt, on a tous des handicaps.

[Sur un fond de musique, un zoom est fait sur une image fixe de M. Bernard et de Mme Fex lorsqu’ils marchaient dans un corridor.]

[La musique se poursuit. Un écran noir apparaît avec la mention Une main-d'œuvre compétente à découvrir. Cette image est suivie de l’inscription INLB 2011 et de Musique : Kevin McLeod.]


Prix employeur visionnaire 2011 - Organisme à but non lucratif

La vidéo est en pause.

Afficher/Cacher la transcription textuelle (ci-dessous)

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo alors que le reste du texte correspond au dialogue.

[Le logo de l’INLB et le titre Prix employeur visionnaire 2011 apparaissent depuis un fond d’écran noir. Une musique accompagne les deux images. Ces images s’effacent pour laisser la place à deux titres qui apparaissent en balayage de la gauche vers la droite: Organisme à but non lucratif, Société Logique]

[On voit une femme assise parler. Au bas de l’écran apparaissent le logo de Société Logique de même que le nom et le titre de la personne qui parle. Dans ce cas-ci : Mélissa Boisvert, agente de communication]

Mme Boisvert : J’ai une rétinite pigmentaire de naissance, je suis semi-voyante.

[On voit une autre femme assise parler. Au bas de l’écran apparaissent le logo de Société Logique de même que le nom et le titre de la personne qui parle. Il s’agit de Mme Sophie Lanctôt, directrice générale]

Mme Lanctôt : À Société Logique, notre mission c’est de promouvoir l’accessibilité universelle

[Mme Boisvert parle de nouveau. On la voit par la suite marcher et entrer dans un bureau. Elle rencontre Mme Lanctôt et lui serre la main.]

Mme Boisvert : Quel meilleur moyen que de prouver le concept d’accessibilité universelle qu’en ayant au sein de son entreprise une personne qui a des limitations. Mon employeur est extraordinaire, vraiment, elle est super ouverte.

[Mmes Boisvert et Lanctôt s’assoient à une table de travail, l’une en face de l’autre. Mme Lanctôt montre un document à Mme Boisvert.]

Mme Lanctôt : Quand on a embauché Mélissa comme agente de communication, en fait on se cherchait quelqu’un qui avait des compétences en communication.

[On voit Mme Boisvert marcher et se diriger vers son poste de travail. Elle s’assoit, met ses lunettes et ajuste son écran d’ordinateur. Elle ouvre par la suite sa télévisionneuse portable et lit un document.]

Mme Lanctôt : Au lieu de s’attarder à ses difficultés et à ses incapacités, on a plutôt regardé ce que Mélissa était capable de faire dans son travail. Et c’est là qu’on s’est rendu compte dans le fond qu’avec les quelques adaptations qu’elle a, elle était capable de faire l’ensemble des tâches. Donc nos résistances sont tombées très très rapidement.

[On voit Mme Boisvert assise nous parler.]

Mme Boisvert : L’INLB est venu, ils ont tout installé et quand moi je suis arrivée, tout était opérationnel

[Mme Boisvert travaille à son ordinateur, on voit son écran en caractères agrandis, elle utilise sa souris.]

Mme Lanctôt : La présence de Mélissa dans notre équipe de travail, je pense que cela nous apporte beaucoup de conscience que les besoins des gens sont importants et cela nous rend plus sensibles aux besoins de nos collègues.

[On voit par la suite Mmes Boisvert et Lanctôt jaser près d’une machine à expresso, une tasse de café à la main. L’image se fige et un zoom est fait. De la musique débute.]

Mme Lanctôt : Je dirais à un employeur qui se pose des questions et qui a de la résistance à embaucher une personne qui a une déficience visuelle, je lui dirais qu’après un certain temps, on s’en rend même plus compte, on oublie la déficience visuelle de la personne. Ce qu’on voit, c’est la personne et ce qu’elle peut apporter à son milieu de travail.

[La musique se poursuit. Un écran noir apparaît avec la mention Une main-d'œuvre compétente à découvrir. Cette image est suivie de l’inscription INLB 2011 et de Musique : Kevin McLeod.]


Prix employeur visionnaire 2011 - Mention spéciale – emploi étudiant

La vidéo est en pause.

Afficher/Cacher la transcription textuelle (ci-dessous)

Note : Les informations placées entre crochets décrivent le contenu visuel et audio de la vidéo alors que le reste du texte correspond au dialogue.

[Le logo de l’INLB et le titre Prix employeur visionnaire 2011 apparaissent depuis un fond d’écran noir. Une musique accompagne les deux images. Ces images s’effacent pour laisser la place à deux titres qui apparaissent en balayage de la gauche vers la droite: Mention spéciale – emploi étudiant, Michel Groleau traiteur.]

[On voit une adolescente parler. Au bas de l’écran apparaît le logo de Michel Groleau traiteur de même que le nom et le titre de la personne qui parle. Dans ce cas-ci : Camille St-Laurent, aide-cuisinière]

Mme St-Laurent : Ma vision : je ne vois pas plus de 20 pieds en avant de moi et mon champ de vision est restreint de tous les côtés.

[La caméra balaie de gauche vers la droite le restaurant, on y voit des tables et des chaises.]

Mme St-Laurent : Après avoir envoyé ma candidature, j’ai eu un appel de Sébastien

[On voit un homme parler. Au bas de l’écran apparaît le logo de Michel Groleau traiteur de même que le nom et le titre de la personne qui parle. Il s’agit de Michel groleau, chef et traiteur.]

M. Groleau : Camille s’est très bien vendue, elle s’est présentée, elle s’est présentée très bien. Puis après cela, elle a expliqué qu’elle voulait un emploi, qu’elle était prête à travailler et qu’elle voulait connaître ce monde-là du travail.

[Mme St-Laurent et M. Groleau sont assis dans le restaurant et discutent en souriant. La caméra balaie par la suite la cuisine en allant de droite à gauche. Un zoom est fait sur une plaque de lave-vaisselle remplie de verres. Mme St-Laurent marche jusqu’à un lavabo et utilise un tuyau pour le rinçage de la vaisselle.]

Mme St-Laurent : Moi j’ai trouvé cela très bon que malgré cela, il décide de m’embaucher pareil et de penser : on va s’adapter, on va faire les mesures pour qu’elle puisse faire son travail. Pour la première journée, j’ai réussi à bien m’intégrer, les gens se sont bien adaptés au fait que j’ai un handicap visuel.

[On voit M. Groleau assis dans le restaurant et nous parler]

M. Groleau : Oui, c’était ma première expérience d’engager une personne avec un handicap.

[On voit Mme St-Laurent déplacer un bac de verres vides et le placer dans le lave-vaisselle. Par la suite, M. Groleau s’approche d’elle et lui parle. Il lui montre un carton qu’il a  dans les mains et lui donne des explications.

M. Groleau : Moi j’ai été franc avec tout le monde, j’ai expliqué que Camille avait un handicap et de là je crois tout le monde venais la voir, la saluer, l’aider.

Mme St-Laurent : Les employés et l’employeur sont très sympathiques, ils ont le sens de l’humour.

[M. Groleau est assis de nouveau dans le restaurant pour nous parler.]

M. Groleau : On s’est regroupé finalement et tout le monde aimait bien sa présence et son travail.

[Mme St-Laurent ouvre le lave-vaisselle et prend quelques ustensiles. Elle marche quelques pas et les dépose sur un crochet au mur.]

Mme St-Laurent : Au départ, j’avais eu une intervenante. Elle m’a aidé beaucoup à trouver mes repères pour bien m’orienter, elle m’a donné une méthode de fonctionnement.

[On voit les mains d’un cuisinier déposer quelques aliments décoratifs dans une assiette. Puis on voit M. Groleau et Mme St-Laurent côte à côte dans la cuisine. On revoir de nouveau M. Groleau nous parler alors qu’il est dans la cuisine. Un zoom est fait sur une image fixe de M. Groleau et Mme St-Laurent assis au restaurant.]

M. Groleau : Le facteur de réussite, je crois c’est ça, c’est le fait que tout le monde s’est regroupé, c’est que tout le monde a le droit d’avoir une chance, d’avancer dans la vie malgré un handicap

[Sur un fond de musique, un écran noir apparaît avec la mention Une main-d'œuvre compétente à découvrir. Cette image est suivie de l’inscription INLB 2011 et de Musique : Kevin McLeod.]